Journée « Design, Science, Création »@IRCAM

Journée « Design, Science et Création »

avec l’ANR Descitech

Le 9 décembre 2017, à l’IRCAM, Salle Stravinsky

Dans le cadre du séminaire MaMuPhi (IRCAM/ENS Ulm)

 

PROGRAMME


MATIN

10h00-10h30 : accueil et introduction de la journée

Mathias Béjean, Maître de conférences à l’UPEC, responsable de diplôme à l’ENSCI les Ateliers, membre du projet ANR Descitech.

10h30-12h30 : intuition et création rationnelles en mathématiques et en physique

Michel Paty, Directeur de recherche émérite, Laboratoire de Philosophie et d’Histoire des Sciences (SPHERE)-UMR 7219 (ancienne Equipe REHSEIS), CNRS et Université Paris 7-Denis Diderot.

APRES-MIDI

14h00-16h00 : l’« image médiatrice »

Jean-François Bordron, Professeur émérite de sémiotique, Université de Limoges, CeReS (Centre de recherches sémiotiques), coordonnateur du  Séminaire International de Sémiotique à Paris.

 16h00-18h00 : penser des pratiques de “science immersive” ?

Discussion introduite et animée par Mathias Béjean avec :

  • Laure Garreau : designer diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers et plus récemment du Master 2 Recherche en Design (École normale supérieure Paris-Saclay, ENSCI-Les Ateliers, Télécom Paristech) un cursus pendant lequel elle s’est particulièrement intéressée aux problématiques associant milieux techniques et scientifiques au design.
  • Joël Chevrier : Professeur de Physique, Chercheur au LiPhy, Université Grenoble Alpes, Professeur associé au CRI Paris, Université Paris V

 


RESUMES

Michel Paty : intuition et création rationnelles en mathématiques et en physique

Le fait que la connaissance scientifique soit essentiellement orientée vers l’objectivité et la rationalité, ainsi que son caractère de réalisation collective et historique, ont tendu et tendent encore souvent, à masquer le rôle effectif, et en fait fondamental, qu’y tient l’aspect individuel, d’ailleurs inhérent à toute considération sur la pensée. La pensée, et la pensée scientifique ne fait pas exception, opère par le moyen de ”formes symboliques”, vouées à être communiquées et transformées en référence à leur fonction, mais qui ne sont pas concevables sans les individualités qui en sont le siège. C’est dans cette perspective que l’on peut (et doit) admettre que la science résulte d’actes de création par des pensées individuelles s’efforçant de comprendre ce qui est posé au-delà d’elles-mêmes selon sa consistance et sa signification supposée (le “monde naturel“ ou un ensemble lié d’idéalités comme celles proposées par les mathématiques). Il est possible de suivre et d’analyser (jusqu’à un certain point) le cheminement de la pensée créatrice de savants en accompagnant leurs élaborations, et d’autant mieux s’ils nous éclairent par leurs réflexions sur leurs cheminements. On proposera quelques exemples, notamment chez Poincaré pour les mathématiques et chez Einstein pour la physique qui éclairent de manière particulièrement parlante les rapports qu’entretiennent l’exigence d’intelligibilité rationnelle, l’intuition prise dans un sens qu’il conviendra de préciser, et l’imagination qui l’accompagne (également à préciser), avec la création de formes conceptuelles et théoriques inédites, simples objets de pensée, mais que l’on peut rapporter très exactement à des phénomènes ou à une architecture du monde. Un vaste champ de réflexion philosophique sur la nature et la signification de la connaissance scientifique parmi les œuvres de la pensée humaine se trouve ainsi ouvert devant nous.

Jean-François Bordron : l’« image médiatrice »

L’image a un statut métaphysique particulier en cela qu’elle n’est pas exactement un système symbolique et ne possède pas non plus une place déterminée dans l’ontologie. Elle n’est pas véritablement un langage, ni non plus un objet. Elle semble, pour cette double raison, être à la fois un monde à part et celui qui peut résumer tous les autres. Nous dirons qu’elle est médiatrice. Nous nous appuierons sur des exemples pris à la philosophie, et à diverses sémiotiques. Nous penserons en particulier aux rôles des images dans le cheminement des découvertes scientifiques.

Mathias Béjean : penser des pratiques de « science immersive » ?

L’ANR Descitech vise à étudier de nouvelles pratiques de recherche et d’enseignement mêlant scientifiques et designers dans des configurations qui s’orientent vers des efforts d’imagination et d’exploration du sens. Considérant les constructions symboliques, individuelles et collectives, qui émergent de telles expériences, il ouvre à des questions sur les rapports entre expérience, formalisation et théorie. Ces questions seront discutées au regard des exposés de la journée, puis à partir d’une analyse des expérimentations menées dans le cadre de Descitech.

Laure Garreau : « Résidence de recherche en Design » au Centre National d’Etudes Spatiales (CNES)

Cette expérience de recherche en design s’est déroulée dans un environnement spécifique, celui de l’aérospatiale, sur lequel nous reviendrons dans un premier temps afin de retracer les méthodes et outils qui ont été mis en place pour faire enquête par l’immersion et « par le design ». Dans un second temps, nous présenterons les questionnements et hypothèses de recherche (en design) qui en sont ressortis. Aussi nous reviendrons sur la notion de modélisation en design (maquettage et manipulation) comme un potentiel à redécouvrir pour la recherche scientifique et l’ingénierie.

Joël Chevrier : l’alliance Sciences&Design, base d’enseignements « Learning by doing »

Nous avons exploré à Paris, à Grenoble et à Shenzhen, comment des étudiants d’horizons très variés peuvent collaborer en petit groupe (3 ou 4) sur des projets qu’ils définissent au cours d’ateliers se déroulant dans des FabLabs /MakerSpaces. L’objectif est de produire un dispositif, un prototype ou un device qui apporte un élément de solution, ou qui éclaire la question, pour ensuite l’exposer en public. Dans le cadre du projet de recherche Descitech, nous avons cherché à mieux comprendre comment une alliance Sciences&Design constitue une base pour ces formations et comment une stratégie très ouverte de type « Learning by doing » permet à cette alliance de se construire et d’être féconde.

The Glass Bead Game Revisited

GB_Top_Header_logo_unfixed_1

The Glass Bead Game Revisited: Weaving emergent dynamics with the MES methodology


The Glass Bead platform aims at “navigating between heterogeneous and increasingly specialized epistemic sites” and constructing “the conditions for universal transits that transform the sites between which they operate.” It borrows its name from the Glass Bead Game (GBG) presented in the book Magister Ludi by Hermann Hesse (1943) as embodying “the ideal goal of universitas litterarum.”

The aim of this article is to discuss this reference by answering the following questions:

(i) In which sense is the GBG “creative” and is it compatible with the Glass Bead platform’s project?
(ii) If not, can we invent a “Revisited GBG” (RGBG) to achieve the platform’s creative objectives?
(iii) What could we learn from such an RGBG in terms of transdisciplinary research?


plus sur : http://www.glass-bead.org/journal/

Design et chimie

Dans le cadre de nos recherches sur la rencontre entre science et design, nous avons pu observer et participer à l’Atelier « Plastique de l’invisible » qui s’est tenu à l’ENSCI, en partenariat avec l’ENS Cachan entre octobre 2015 et janvier 2016.


 

 

Afficher l'image d'origine

L’ENS Cachan à l’ENSCI : Plastique de l’invisible

Organisé par : Laureline GALLIOT Guillaume FOISSACNoémie LESARTRE

avec la participation de Nicolas BOGLIOTTI du Laboratoire PPSM de l’ENS Cachan

Sous l’impulsion de Claire Brunet, le studio est mené en partenariat avec le laboratoire PPSM (Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires) de Cachan

Dans une logique exploratoire et de recherche fondamentale, les chercheurs du laboratoire de chimie PPSM de l’ENS de Cachan, sont amenés à dessiner des molécules, c’est à dire les plus petits objets que l’on puisse synthétiser. Cette démarche poursuit divers buts tels que comprendre des évènements se produisant à une échelle infiniment petite (mécanismes réactionnels, par exemple) ou concevoir des composés adaptés à une application spécifique. Les résultats de ces travaux servent bien souvent à alimenter en nouvelles molécules des domaines variés : le monde du vivant, pharmaceutique, cosmétique, agrochimique, plastique, alimentaire, ou l’industrie des tissus, des carburants, des écrans d’ordinateurs…

De façon totalement surprenante, cette pratique de la chimie organique repose sur le postulat qu’une approche esthétique de l’assemblage moléculaire permet d’aborder la question des interactions entre molécules et de comprendre le comportement de structures chimiques nouvelles. Autrement dit, le dessin, la forme et la plastique d’une molécule peuvent être le point de départ de travaux de recherche radicalement novateurs.

Le studio expérimental « Plastique de l’invisible » en partenariat avec l’ENS Cachan, propose donc un improbable précepte basé sur le fait que « la connaissance peut découler de la forme » (complétant ainsi l’adage unanimement reconnu en design qui consiste à dire que « la forme découle de la fonction »). En suivant cette intuition, une connaissance des molécules pourrait donc potentiellement émaner d’un travail exploratoire et libre sur leurs formes, leurs esthétiques, leurs couleurs, leurs comportements, leurs assemblages, leurs dynamiques, leurs plastiques… sans présupposer initialement de leurs fonctions finales.

Plus sur : http://www.ensci.com/creation-industrielle/cours/studios-experimentaux/projet/article/22380/

Journée MaMuPhi (ENS/IRCAM) – ANR DeSciTech

Séminaire « La musique et ses raisonances »
Journée en hommage à Andrée Ehresmann
Autour de la théorie des catégories et de la créativité
12 décembre 2015 – IRCAM


La journée est organisée en collaboration avec l’université Paris-Est Créteil (UPEC), avec le soutien de l’ANR DeSciTech (Sciences, design et société : la fabrique des mondes contemporains). Pour plus de renseignements sur le séminaire « La musique et ses raisonances », voir à l’adresse : http://www.entretemps.asso.fr/maths/


 

Loin de se restreindre au seul domaine mathématique, la théorie des catégories a montré son efficacité en tant qu’outil conceptuel susceptible d’être appliqué à différentes disciplines, de l’informatique à l’analyse musicale en passant par la logique et les sciences cognitives. Cette séance est à la fois un hommage aux travaux d’Andrée Ehresmann – collaboratrice de longue date du séminaire mamuphi – et une occasion de réflexion collective sur des applications récentes de la modélisation catégorielle, en particulier à l’étude de la créativité.


 

Programme
10h00-10h15 : Introduction à la journée
10h15-11h00 : Andrée Ehresmann (Université de Picardie) – De la genèse des Systèmes Evolutifs à Mémoire à la créativité, via MENS
11h00-11h45 : René Guitart (IMJ-PRG, Université Paris Diderot) – Modelage catégorique et créativité.
11h45-12h30 : Michel De Glas (université Paris Diderot) – Théorie des locus et cognition
Pause déjeuner
14h00-14h45 : Mathias Béjean (Université Paris-Est) – D-MES : une analyse catégorielle des schèmes de création collective
14h45-15h30 : Paul-André Melliès (CNRS et Université Paris Diderot) – Preuves et contre-preuves: un principe de relativité en logique

16h00-16h45 : Marc Chemillier (EHESS) – Improvisation et interaction (avec la participation de Charles Kely, guitariste et chanteur)
16h45-17h30 : Moreno Andreatta & Carlos Agon – Théories des catégories en analyse musicale
Discussion collective