Journée « Design, Science, Création »@IRCAM

Journée « Design, Science et Création »

avec l’ANR Descitech

Le 9 décembre 2017, à l’IRCAM, Salle Stravinsky

Dans le cadre du séminaire MaMuPhi (IRCAM/ENS Ulm)

 

PROGRAMME


MATIN

10h00-10h30 : accueil et introduction de la journée

Mathias Béjean, Maître de conférences à l’UPEC, responsable de diplôme à l’ENSCI les Ateliers, membre du projet ANR Descitech.

10h30-12h30 : intuition et création rationnelles en mathématiques et en physique

Michel Paty, Directeur de recherche émérite, Laboratoire de Philosophie et d’Histoire des Sciences (SPHERE)-UMR 7219 (ancienne Equipe REHSEIS), CNRS et Université Paris 7-Denis Diderot.

APRES-MIDI

14h00-16h00 : l’« image médiatrice »

Jean-François Bordron, Professeur émérite de sémiotique, Université de Limoges, CeReS (Centre de recherches sémiotiques), coordonnateur du  Séminaire International de Sémiotique à Paris.

 16h00-18h00 : penser des pratiques de “science immersive” ?

Discussion introduite et animée par Mathias Béjean avec :

  • Laure Garreau : designer diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers et plus récemment du Master 2 Recherche en Design (École normale supérieure Paris-Saclay, ENSCI-Les Ateliers, Télécom Paristech) un cursus pendant lequel elle s’est particulièrement intéressée aux problématiques associant milieux techniques et scientifiques au design.
  • Joël Chevrier : Professeur de Physique, Chercheur au LiPhy, Université Grenoble Alpes, Professeur associé au CRI Paris, Université Paris V

 


RESUMES

Michel Paty : intuition et création rationnelles en mathématiques et en physique

Le fait que la connaissance scientifique soit essentiellement orientée vers l’objectivité et la rationalité, ainsi que son caractère de réalisation collective et historique, ont tendu et tendent encore souvent, à masquer le rôle effectif, et en fait fondamental, qu’y tient l’aspect individuel, d’ailleurs inhérent à toute considération sur la pensée. La pensée, et la pensée scientifique ne fait pas exception, opère par le moyen de ”formes symboliques”, vouées à être communiquées et transformées en référence à leur fonction, mais qui ne sont pas concevables sans les individualités qui en sont le siège. C’est dans cette perspective que l’on peut (et doit) admettre que la science résulte d’actes de création par des pensées individuelles s’efforçant de comprendre ce qui est posé au-delà d’elles-mêmes selon sa consistance et sa signification supposée (le “monde naturel“ ou un ensemble lié d’idéalités comme celles proposées par les mathématiques). Il est possible de suivre et d’analyser (jusqu’à un certain point) le cheminement de la pensée créatrice de savants en accompagnant leurs élaborations, et d’autant mieux s’ils nous éclairent par leurs réflexions sur leurs cheminements. On proposera quelques exemples, notamment chez Poincaré pour les mathématiques et chez Einstein pour la physique qui éclairent de manière particulièrement parlante les rapports qu’entretiennent l’exigence d’intelligibilité rationnelle, l’intuition prise dans un sens qu’il conviendra de préciser, et l’imagination qui l’accompagne (également à préciser), avec la création de formes conceptuelles et théoriques inédites, simples objets de pensée, mais que l’on peut rapporter très exactement à des phénomènes ou à une architecture du monde. Un vaste champ de réflexion philosophique sur la nature et la signification de la connaissance scientifique parmi les œuvres de la pensée humaine se trouve ainsi ouvert devant nous.

Jean-François Bordron : l’« image médiatrice »

L’image a un statut métaphysique particulier en cela qu’elle n’est pas exactement un système symbolique et ne possède pas non plus une place déterminée dans l’ontologie. Elle n’est pas véritablement un langage, ni non plus un objet. Elle semble, pour cette double raison, être à la fois un monde à part et celui qui peut résumer tous les autres. Nous dirons qu’elle est médiatrice. Nous nous appuierons sur des exemples pris à la philosophie, et à diverses sémiotiques. Nous penserons en particulier aux rôles des images dans le cheminement des découvertes scientifiques.

Mathias Béjean : penser des pratiques de « science immersive » ?

L’ANR Descitech vise à étudier de nouvelles pratiques de recherche et d’enseignement mêlant scientifiques et designers dans des configurations qui s’orientent vers des efforts d’imagination et d’exploration du sens. Considérant les constructions symboliques, individuelles et collectives, qui émergent de telles expériences, il ouvre à des questions sur les rapports entre expérience, formalisation et théorie. Ces questions seront discutées au regard des exposés de la journée, puis à partir d’une analyse des expérimentations menées dans le cadre de Descitech.

Laure Garreau : « Résidence de recherche en Design » au Centre National d’Etudes Spatiales (CNES)

Cette expérience de recherche en design s’est déroulée dans un environnement spécifique, celui de l’aérospatiale, sur lequel nous reviendrons dans un premier temps afin de retracer les méthodes et outils qui ont été mis en place pour faire enquête par l’immersion et « par le design ». Dans un second temps, nous présenterons les questionnements et hypothèses de recherche (en design) qui en sont ressortis. Aussi nous reviendrons sur la notion de modélisation en design (maquettage et manipulation) comme un potentiel à redécouvrir pour la recherche scientifique et l’ingénierie.

Joël Chevrier : l’alliance Sciences&Design, base d’enseignements « Learning by doing »

Nous avons exploré à Paris, à Grenoble et à Shenzhen, comment des étudiants d’horizons très variés peuvent collaborer en petit groupe (3 ou 4) sur des projets qu’ils définissent au cours d’ateliers se déroulant dans des FabLabs /MakerSpaces. L’objectif est de produire un dispositif, un prototype ou un device qui apporte un élément de solution, ou qui éclaire la question, pour ensuite l’exposer en public. Dans le cadre du projet de recherche Descitech, nous avons cherché à mieux comprendre comment une alliance Sciences&Design constitue une base pour ces formations et comment une stratégie très ouverte de type « Learning by doing » permet à cette alliance de se construire et d’être féconde.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.