Maker-Physicists

A la suite d’échanges entre Annie Gentes et Warren Sack, voici quelques pistes d’acteurs proches de nos intérêts dans le projet, que nous regrouperions autour de l’étiquette de « Maker-Physicists ».

Manu Prakash, de l’Université de Stanford, est un bon exemple de « maker-physicist ». Après avoir été diplômé du MIT Media Lab il y a quelques années, il reçu un prix de la fondation MacArthur pour son travail sur la « science frugale », comprenant un microscope en origami baptisé « Foldscope ».

la-1474061041-snap-photo

Source: http://www.latimes.com/science/sciencenow/la-sci-sn-manu-prakash-macarthur-award-20160921-snap-story.html

Le foldscope est un microscope léger fabriqué à partir d’une seule feuille de papier qui coûte moins de 1 $ à construire, et qui peut être assemblé à la manière d’un origami, à partir de papier, accompagné d’électronique et de lentilles embarqués.

Le système, peu coûteux et portable, est destiné à aider les chercheurs quand ils sont sur le terrain, mais également à réunir des scientifiques en herbe venant de communautés dont les moyens économiques sont limités.
Prakash a mis en place un site Web pour les utilisateurs du foldscope du monde entier, leur permettant de partager leurs constatations faites avec l’appareil.

Le site du projet: http://www.foldscope.com/

La galerie de la communauté: https://microcosmos.foldscope.com/

“By sharing our tools, we can engage with a much broader group of scientists,” he explained, “especially scientists from countries that have infectious disease challenges that are uncontrolled.” M. Prakash

William Zachary Corse, un ancien étudiant du MFA of Fine Arts, Digital Arts and New Media de l’Université de Californie, Santa Cruz, actuellement à la Harvard GSD, a intitulé son projet de MFA « ENCODINGS IN SPACE AND TIME ».

http://www.wzcorse.com/

Le projet une installation immersive à grande échelle influencée par la physique gravitationnelle, la théorie de l’information, la mécanique de la glace, et la conception de la lampe de rue urbaine à partir de l’architecture française du 19ème siècle. Il propose un remise en image post-minimaliste d’un boulevard parisien de nuit, ponctué par des lampadaires qui illuminent le chemin à parcourir. En trame de la conception de l’installation on trouve des formes esthétiques distillées à partir de l’étude de l’artiste de la lentille gravitationnelle, à la suite de la théorie d’Einstein de la relativité générale, et les transformations irréversibles sur la Terre forgées par des mains humaines.

Une des références de Corse est notamment le travail de Tadashi Tokieda (https://en.wikipedia.org/wiki/Tadashi_Tokieda), un physicien mathématique qui fabrique des choses, comme des petits jouets, afin d’explorer les lignes de crête de certains problèmes de physique.

A suivre