Workshop « Smartphones and Movement » @ ENSCI – Les Ateliers april 2016

See original at http://cosima.ircam.fr/2016/04/18/workshop-smartphones-and-movement-ensci-les-ateliers/

In collaboration with, Joël Chevrier (professor of physics at the Grenoble Alpes University), Anne Dubos (anthropologist and transmedia artist), Loïc Lobet (designer), and Florent Deloison (artist and developper), we proposed a two-week workshop on Smartphones and Movement at the ENSCI – Les Ateliers design school.

The workshop united a group of about twenty students who worked in small groups on the design of different projets including performances, installations, and gadgets involving smartphones in motion, as well as concepts of controlling common smartphone applications through movements.

Here are some of the projets developed during the workshop.

Le téléphone portable et l’école : mariage difficile, séparation impossible ?

Image 20170308 24215 1xbaex3Le portable à l’école, pour quoi faire ?
Pexels, CC BY-SA

Joel Chevrier, Université Grenoble Alpes

« Pas de téléphone portable dans le monde de l’école » dit Emmanuel Macron. Fort bien. Mais la question n’est-elle pas d’avoir un jour plus d’école dans le monde des téléphones portables ?

Les portables n’ont pas été faits pour l’école

Moins de dix ans après leur apparition, les mobiles se sont installés au cœur de nos vies. Cette proposition semble donc signifier que l’école ne se sent pas prête à faire face à ce changement profond dans notre relation au réel, aux autres et à l’information. Et elle a probablement raison. Il est peut être plus sage en l’état d’observer une sorte de moratoire sur les usages du numérique à l’école et de se concentrer sur ce que l’école sait faire. Surtout si, au-delà d’expérimentations locales, d’initiatives personnelles d’enseignants, il s’agit finalement de laisser entrer massivement les mobiles dans l’école comme ils le font partout ailleurs (vie quotidienne, santé, sport…).

La raison de cette légitime résistance est finalement simple : les portables et les tablettes n’ont pas été fabriqués et développés pour l’école. Il n’y a aucune raison de penser que leur usage courant introduit à l’école puisse être immédiatement la base d’un projet pédagogique.

En effet, l’usage courant des portables et des tablettes passe quasi-exclusivement aujourd’hui par les écrans à l’école comme à la maison, en fait comme partout. Ce qui conduit rapidement chacun à être devant des écrans plusieurs heures par jour. Bien des pays ont publié des alertes à propos de l’impact des écrans sur le développement des enfants.

Il existe d’ailleurs aujourd’hui des recherches pour élaborer un numérique sans écran en particulier pour les tout-petits. C’est par exemple le projet mené par la jeune designeuse Marion Voillot à Paris (ENSCI Les Ateliers en lien avec l’IRCAM et le CRI Paris) autour de l’usage des capteurs des téléphones portables pour enregistrer les mouvements des enfants. Elle travaille autour de la motricité fine et de la production de mouvements et de gestes qui sont autant de signes, et donc aussi une première approche de l’écriture manuelle. Citons aussi Kim Smith au MIT Media Lab qui se pose les mêmes questions : faire aborder l’univers numérique à des enfants en bas âge, dont c’est le monde futur, en évitant les écrans et en privilégiant les mouvements, les gestes, la collaboration dans la vie réelle.

Comment reconnecter la vie à l’école et hors de l’école à l’ère digitale ?

Il me semble que cette interdiction ne pourra tout de même être qu’une décision provisoire. La période de calme (rêvons un instant) ainsi installée devrait surtout permettre de préparer l’avenir en transformant l’usage de ces appareils et en les mettant au service de l’éducation dans et hors de l’école.

C’est ce qui se passe pour la santé et le sport dans la silver economie. Pourquoi pas pour l’éducation ? « Perfect for gaming ! » : c’est ainsi que Steve Jobs présentait le portable il y a 10 ans. Pouvons-nous en faire un objet « perfect for learning ! » ? Comment vient-on à l’ère digitale reconnecter la vie à l’école et hors de l’école ?

L’école est le lieu qui prépare chacun à une destination future, qui est son propre avenir comme acteur d’un monde largement inconnu et imprévisible mais déjà envahi par le numérique.

La France à elle seule est déjà équipée de dizaines de millions d’appareils. À mes yeux d’enseignant, c’est un véritable tour de force pédagogique : nous les utilisons tous en permanence quels que soient notre âge, notre niveau d’éducation, nos intérêts personnels, notre statut social, l’état de nos finances et notre mode de vie. Il vous suffit de regarder autour de vous pour le vérifier. Nous les avons adoptés en quelques années.

Le système éducatif a une prétention explicite dans la structuration de nos vies. C’est une prétention affirmée avec raison. Il devrait même rester la référence pour tous devant tout autre. Mais il subit de plein fouet la concurrence de ce nouvel acteur qu’est le numérique. Sans rien demander à personne, celui-ci redéfinit, dans les sphères publique, professionnelle et privée, notre accès à l’information et à la connaissance, notre relation aux autres.

Cela advient de plus sans en passer par une formation longue et difficile en présence d’un enseignant, sans manuel, sans mode d’emploi. Au contraire, on fait tout, tout seul et sans convoquer la notion d’effort si chère à notre enseignement depuis toujours. Le mot d’ordre est plutôt « Ce n’est que du plaisir ».

Ces deux systèmes que tout sépare ont donc des prétentions antagonistes quant à notre façon d’être au monde. L’interdiction évoquée par Emmanuel Macron fait le constat de cette incompatibilité et cherche à séparer école et téléphone portable.

S’il n’y a pas école, il y a toujours smartphone…

En fait pour le moment, l’école et le numérique ont déjà chacun leur moment dans la journée. L’article de Tamar Lewin dans le New York Times pourtant déjà ancien (2010) souligne : « If Your Kids Are Awake, They’re Probably Online ». Elle rapporte, comme tous les autres observateurs, des connexions de plusieurs heures par jour. Regarder autour de soi permet de vérifier. C’est en fait une banalité. Chaque personne, arrivée à 20 ans, aura passé à peu près autant de temps à l’école que de temps connecté en face d’un écran. S’il n’y a pas école, il y a toujours smartphone…

Un enfant connecté a des activités déterminées par ses seuls choix et sans réel accompagnement bienveillant pour une partie très importante de son temps disponible. Tous les parents le savent.

L’interdiction des portables à l’école signifierait alors que cette dernière renonce à intervenir explicitement dans cet océan de temps connecté et qui pèse donc autant que le temps passé à l’école ?

Le smartphone, en concurrence directe avec la pédagogie.
Pexels

Irions-nous jusqu’à présupposer qu’une scolarité basée essentiellement sur l’« avant numérique » suffit à l’école pour être l’acteur déterminant, au côté de la famille, du développement d’un enfant ? Ce serait considérer que finalement les mobiles ne sont que des outils qui accélèrent tout mais ne changent pas fondamentalement nos vies ni notre façon de vivre ensemble. L’arrivée à grande échelle de la post-vérité et de ses conséquences portées par les réseaux sociaux n’a pas l’air d’abonder dans ce sens.

Se replier, en laissant la moitié du temps, le développement d’un jeune cerveau à un système qui évolue sans réel souci des enjeux éducatifs semble une solution bien hasardeuse. Si on s’installe dans cette séparation, il est douteux que l’école fasse le poids.

Personne ne dit qu’il est facile de régler la question. Nul n’a d’ailleurs l’expertise pour la régler seul. Le bon côté de l’affaire, c’est que c’est aussi un chantier passionnant et très stimulant pour tous, afin d’entamer une réflexion sur l’éducation et sur l’enseignement dans le monde à venir. Autant pour les enfants que pour les adultes. Dans et en dehors de l’école.

Joel Chevrier, Professeur de physique, Université Grenoble Alpes

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

L’intelligence est dans le « faire »

Image 20170227 26337 1dt3her
Des images observées grâce au « Foldscope »
Cybulski J, Clements J, Prakash M/Wikimédia , CC BY-SA

Joel Chevrier, Université Grenoble Alpes

Connaissez-vous Manu Prakash ?

Le « Foldscope », ou microscope optique en papier à 50 cents, et la centrifugeuse médicale en papier (« paperfuge ») à 20 cents, voilà ce que l’on trouve rapidement en cherchant qui est Manu Prakash sur Google News.

Chercheur à l’Université de Stanford, il propose des solutions inattendues, simples et pratiques pour se confronter sans moyens particuliers à des enjeux de santé comme l’observation des parasites dans l’eau ou la centrifugation du sang. On peut mettre facilement en œuvre ces idées, n’importe où et pour des budgets dérisoires. Toute l’information est disponible en ligne. Sans surprise, c’est un carton sur le net ! Manu Prakash nous bluffe avec chacune de ses créations par leur évidence. Une fois qu’on a vu ce qu’il fait, on a aussi envie de le faire… et on peut.

Et pourtant je serais très (heureusement) surpris que ces propositions fassent l’objet d’une réelle diffusion de masse, qu’elles aient l’immense impact que l’on pourrait souhaiter. Le Foldscope ne me semble pas depuis sa naissance (en 2012) avoir pris cette direction.

L’intelligence et la créativité au service du « faire »

Même si la diffusion planétaire n’est pas là aujourd’hui, elle est réellement possible. Cette simple possibilité change la donne, notamment dans notre réflexion sur l’éducation dans un monde réel où l’information, en création permanente, circule vite, massivement et gratuitement. Manu Prakash est l’une des personnes qui dessinent les contours d’un monde en émergence : une vie fortement ancrée dans le réel, et, grâce au numérique, toujours plus basée sur la créativité partagée et l’intelligence collective.

Partout, pour tous

Dans le monde de l’intelligence collective, la création d’information et sa circulation cherchent à tirer le maximum des matériaux et de l’énergie, dans une quête de frugalité. Utopique ? Faites le test, et fabriquez un Foldscope ou une centrifugeuse en papier ; mesurez le temps, les moyens et l’argent nécessaires avant d’avoir ces outils en main.

Vous commencerez par rassembler l’information grâce à votre ordinateur, votre tablette ou votre smartphone, puis entrerez en contact, par les réseaux sociaux, avec quelqu’un sur la planète qui l’a déjà fait.

Vous fabriquerez l’objet chez vous, ou mieux encore, dans un ces lieux ouverts toujours plus nombreux, où on cultive le « Do It Yourself », FabLab ou MakerSpace, près de chez vous. Auriez-vous pu faire tout cela il y a seulement 10 ans ?

Tirer le maximum des technologies de l’information

Au prix d’une énorme quantité de matériaux, d’énergie, d’intelligence et de travail, nous avons déjà fait une partie essentielle de l’investissement nécessaire à cette présence immédiate et ubiquitaire de l’information et à sa circulation.

Depuis que l’humanité existe et produit des objets, on n’a jamais vu une croissance équivalente. Une surcouche globale d’intelligence artificielle toujours plus complexe, toujours plus présente, toujours plus rapide, toujours plus efficace se met en place, qui peut changer radicalement notre relation au réel et aux objets.

Comme Manu Prakash nous y invite, il s’agit de l’utiliser pour créer, produire et réparer nous même nos objets en générant le maximum d’information, en la faisant circuler et en utilisant le minimum d’énergie et de matériaux.

Il y a là un paradoxe : d’une part, notre monde va irrémédiablement vers la ressource rare, la frugalité. D’autre part, nous investissons en permanence dans cet équipement mondial, coûteux et massif, qui permet de produire et de mettre en circulation l’information.

Ce que propose Manu Prakashn c’est de penser avec toujours plus d’exigence une meilleure utilisation de ces ressources limitées et localisées que sont les énergies et les matériaux en mobilisant l’intelligence collective, soit toutes les connaissances et la créativité possibles.

Au delà du « DIY » : penser et faire ensemble !

Manu Prakash nous surprend aussi quand il montre comment il suffit de revenir au microscope originel pour faire un microscope nouveau, simple et économique, mais performant. Son microscope, c’est en fait celui créé au XVIIᵉ siècle par Antoni Van Leeuwenhoek.

En partant de l’optique géométrique, de la réfraction des rayons lumineux, il a ajouté une LED blanche, une pile et s’est appuyé sur des technologies issues du numérique de plus en plus répandues pour le concevoir.

Anthonie van Leeuwenhoek, l’inventeur du microscope.
Wikimédia

Il fait ainsi émerger des objets élémentaires, solutions à des questions bien réelles. Il s’agit, lors de la création, de la fabrication ou de la réparation de nouveaux objets, de (ré)utiliser le minimum de matériaux et d’énergie en mobilisant le maximum d’information. On y parvient en pensant et en faisant soi-même, ici et maintenant, tout en collaborant avec d’autres qui peuvent être n’importe où.

Contrairement aux matériaux et à l’énergie, l’information peut être disséminée à grande vitesse et gratuitement tout en se multipliant, en s’enrichissant comme en témoignent les innombrables tutoriels sur YouTube et ailleurs.

En résumé : on produit avec le minimum, on apprend les uns des autres et on fait mieux au prochain coup en profitant de la bonne idée qui a émergé de ces échanges. Pour un enseignant-chercheur en physique, il y a pire programme…

Joel Chevrier, Professeur de physique, Université Grenoble Alpes

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Maker-Physicists

A la suite d’échanges entre Annie Gentes et Warren Sack, voici quelques pistes d’acteurs proches de nos intérêts dans le projet, que nous regrouperions autour de l’étiquette de « Maker-Physicists ».

Manu Prakash, de l’Université de Stanford, est un bon exemple de « maker-physicist ». Après avoir été diplômé du MIT Media Lab il y a quelques années, il reçu un prix de la fondation MacArthur pour son travail sur la « science frugale », comprenant un microscope en origami baptisé « Foldscope ».

la-1474061041-snap-photo

Source: http://www.latimes.com/science/sciencenow/la-sci-sn-manu-prakash-macarthur-award-20160921-snap-story.html

Le foldscope est un microscope léger fabriqué à partir d’une seule feuille de papier qui coûte moins de 1 $ à construire, et qui peut être assemblé à la manière d’un origami, à partir de papier, accompagné d’électronique et de lentilles embarqués.

Le système, peu coûteux et portable, est destiné à aider les chercheurs quand ils sont sur le terrain, mais également à réunir des scientifiques en herbe venant de communautés dont les moyens économiques sont limités.
Prakash a mis en place un site Web pour les utilisateurs du foldscope du monde entier, leur permettant de partager leurs constatations faites avec l’appareil.

Le site du projet: http://www.foldscope.com/

La galerie de la communauté: https://microcosmos.foldscope.com/

“By sharing our tools, we can engage with a much broader group of scientists,” he explained, “especially scientists from countries that have infectious disease challenges that are uncontrolled.” M. Prakash

William Zachary Corse, un ancien étudiant du MFA of Fine Arts, Digital Arts and New Media de l’Université de Californie, Santa Cruz, actuellement à la Harvard GSD, a intitulé son projet de MFA « ENCODINGS IN SPACE AND TIME ».

http://www.wzcorse.com/

Le projet une installation immersive à grande échelle influencée par la physique gravitationnelle, la théorie de l’information, la mécanique de la glace, et la conception de la lampe de rue urbaine à partir de l’architecture française du 19ème siècle. Il propose un remise en image post-minimaliste d’un boulevard parisien de nuit, ponctué par des lampadaires qui illuminent le chemin à parcourir. En trame de la conception de l’installation on trouve des formes esthétiques distillées à partir de l’étude de l’artiste de la lentille gravitationnelle, à la suite de la théorie d’Einstein de la relativité générale, et les transformations irréversibles sur la Terre forgées par des mains humaines.

Une des références de Corse est notamment le travail de Tadashi Tokieda (https://en.wikipedia.org/wiki/Tadashi_Tokieda), un physicien mathématique qui fabrique des choses, comme des petits jouets, afin d’explorer les lignes de crête de certains problèmes de physique.

A suivre

 

 

 

Quelques talks sur science, vulgarisation et design

« Quand un physicien rencontre des designers » : talk donné lors du TEDx Paris-Saclay en nov 2015 sur l’interêt de travailler avec des designers pour une autre façon de donner à voir la science (avec présentation, entre autres, de projets réalisés avec l’ENSCI-Les ateliers).

« Y aura-t-il encore des physiciens en 2050 ? » : talk donné lors du TEDx UTC Compiègne (2016) sur la question de l’innovation pédagogique et de la vulgarisation dans le futur.

« Parlotte entre P. Corillon et J.Bobroff » : dialogue avec un artiste, Patrick Corillon, au Corridor (Liège) sur la question de la recherche puis du besoin de médiation (fev 2016)

The Glass Bead Game Revisited

GB_Top_Header_logo_unfixed_1

The Glass Bead Game Revisited: Weaving emergent dynamics with the MES methodology


The Glass Bead platform aims at “navigating between heterogeneous and increasingly specialized epistemic sites” and constructing “the conditions for universal transits that transform the sites between which they operate.” It borrows its name from the Glass Bead Game (GBG) presented in the book Magister Ludi by Hermann Hesse (1943) as embodying “the ideal goal of universitas litterarum.”

The aim of this article is to discuss this reference by answering the following questions:

(i) In which sense is the GBG “creative” and is it compatible with the Glass Bead platform’s project?
(ii) If not, can we invent a “Revisited GBG” (RGBG) to achieve the platform’s creative objectives?
(iii) What could we learn from such an RGBG in terms of transdisciplinary research?


plus sur : http://www.glass-bead.org/journal/

Design et chimie

Dans le cadre de nos recherches sur la rencontre entre science et design, nous avons pu observer et participer à l’Atelier « Plastique de l’invisible » qui s’est tenu à l’ENSCI, en partenariat avec l’ENS Cachan entre octobre 2015 et janvier 2016.


 

 

Afficher l'image d'origine

L’ENS Cachan à l’ENSCI : Plastique de l’invisible

Organisé par : Laureline GALLIOT Guillaume FOISSACNoémie LESARTRE

avec la participation de Nicolas BOGLIOTTI du Laboratoire PPSM de l’ENS Cachan

Sous l’impulsion de Claire Brunet, le studio est mené en partenariat avec le laboratoire PPSM (Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires) de Cachan

Dans une logique exploratoire et de recherche fondamentale, les chercheurs du laboratoire de chimie PPSM de l’ENS de Cachan, sont amenés à dessiner des molécules, c’est à dire les plus petits objets que l’on puisse synthétiser. Cette démarche poursuit divers buts tels que comprendre des évènements se produisant à une échelle infiniment petite (mécanismes réactionnels, par exemple) ou concevoir des composés adaptés à une application spécifique. Les résultats de ces travaux servent bien souvent à alimenter en nouvelles molécules des domaines variés : le monde du vivant, pharmaceutique, cosmétique, agrochimique, plastique, alimentaire, ou l’industrie des tissus, des carburants, des écrans d’ordinateurs…

De façon totalement surprenante, cette pratique de la chimie organique repose sur le postulat qu’une approche esthétique de l’assemblage moléculaire permet d’aborder la question des interactions entre molécules et de comprendre le comportement de structures chimiques nouvelles. Autrement dit, le dessin, la forme et la plastique d’une molécule peuvent être le point de départ de travaux de recherche radicalement novateurs.

Le studio expérimental « Plastique de l’invisible » en partenariat avec l’ENS Cachan, propose donc un improbable précepte basé sur le fait que « la connaissance peut découler de la forme » (complétant ainsi l’adage unanimement reconnu en design qui consiste à dire que « la forme découle de la fonction »). En suivant cette intuition, une connaissance des molécules pourrait donc potentiellement émaner d’un travail exploratoire et libre sur leurs formes, leurs esthétiques, leurs couleurs, leurs comportements, leurs assemblages, leurs dynamiques, leurs plastiques… sans présupposer initialement de leurs fonctions finales.

Plus sur : http://www.ensci.com/creation-industrielle/cours/studios-experimentaux/projet/article/22380/

Journée MaMuPhi (ENS/IRCAM) – ANR DeSciTech

Séminaire « La musique et ses raisonances »
Journée en hommage à Andrée Ehresmann
Autour de la théorie des catégories et de la créativité
12 décembre 2015 – IRCAM


La journée est organisée en collaboration avec l’université Paris-Est Créteil (UPEC), avec le soutien de l’ANR DeSciTech (Sciences, design et société : la fabrique des mondes contemporains). Pour plus de renseignements sur le séminaire « La musique et ses raisonances », voir à l’adresse : http://www.entretemps.asso.fr/maths/


 

Loin de se restreindre au seul domaine mathématique, la théorie des catégories a montré son efficacité en tant qu’outil conceptuel susceptible d’être appliqué à différentes disciplines, de l’informatique à l’analyse musicale en passant par la logique et les sciences cognitives. Cette séance est à la fois un hommage aux travaux d’Andrée Ehresmann – collaboratrice de longue date du séminaire mamuphi – et une occasion de réflexion collective sur des applications récentes de la modélisation catégorielle, en particulier à l’étude de la créativité.


 

Programme
10h00-10h15 : Introduction à la journée
10h15-11h00 : Andrée Ehresmann (Université de Picardie) – De la genèse des Systèmes Evolutifs à Mémoire à la créativité, via MENS
11h00-11h45 : René Guitart (IMJ-PRG, Université Paris Diderot) – Modelage catégorique et créativité.
11h45-12h30 : Michel De Glas (université Paris Diderot) – Théorie des locus et cognition
Pause déjeuner
14h00-14h45 : Mathias Béjean (Université Paris-Est) – D-MES : une analyse catégorielle des schèmes de création collective
14h45-15h30 : Paul-André Melliès (CNRS et Université Paris Diderot) – Preuves et contre-preuves: un principe de relativité en logique

16h00-16h45 : Marc Chemillier (EHESS) – Improvisation et interaction (avec la participation de Charles Kely, guitariste et chanteur)
16h45-17h30 : Moreno Andreatta & Carlos Agon – Théories des catégories en analyse musicale
Discussion collective

 

Le designer doit-il tout savoir ? Enjeux pour l’enseignement et l’industrie

Le 20 janvier 2016, nous avons présenté le projet DESCITECH aux partenaires industriels de la Chaire Théorie et méthodes de la conception innovante à Mines ParisTech. (http://cgs-mines-paristech.fr/tmci/)
Les entreprises sont confrontées à une innovation continue qui rend les techniques, les méthodes et les concepts rapidement obsolètes. Elles sont ainsi intéressées par toutes les formes de formation et d’accompagnement à l’innovation. Le projet DESCITECH apportent des réponses à ces questions à partir d’analyses d’expériences de mises en relation « improbables » entre physique quantique et design.
Ici les slides de notre présentation.

Diapositive1_TMCI_2016Diapositive2_TCMI_2016 Diapositive3_TMCI_2016 Diapositive4_TMCI_2016 Diapositive5_TMCI_2016 Diapositive6_TMCI_2016