The Glass Bead Game Revisited

GB_Top_Header_logo_unfixed_1

The Glass Bead Game Revisited: Weaving emergent dynamics with the MES methodology


The Glass Bead platform aims at “navigating between heterogeneous and increasingly specialized epistemic sites” and constructing “the conditions for universal transits that transform the sites between which they operate.” It borrows its name from the Glass Bead Game (GBG) presented in the book Magister Ludi by Hermann Hesse (1943) as embodying “the ideal goal of universitas litterarum.”

The aim of this article is to discuss this reference by answering the following questions:

(i) In which sense is the GBG “creative” and is it compatible with the Glass Bead platform’s project?
(ii) If not, can we invent a “Revisited GBG” (RGBG) to achieve the platform’s creative objectives?
(iii) What could we learn from such an RGBG in terms of transdisciplinary research?


plus sur : http://www.glass-bead.org/journal/

Design et chimie

Dans le cadre de nos recherches sur la rencontre entre science et design, nous avons pu observer et participer à l’Atelier « Plastique de l’invisible » qui s’est tenu à l’ENSCI, en partenariat avec l’ENS Cachan entre octobre 2015 et janvier 2016.


 

 

Afficher l'image d'origine

L’ENS Cachan à l’ENSCI : Plastique de l’invisible

Organisé par : Laureline GALLIOT Guillaume FOISSACNoémie LESARTRE

avec la participation de Nicolas BOGLIOTTI du Laboratoire PPSM de l’ENS Cachan

Sous l’impulsion de Claire Brunet, le studio est mené en partenariat avec le laboratoire PPSM (Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires) de Cachan

Dans une logique exploratoire et de recherche fondamentale, les chercheurs du laboratoire de chimie PPSM de l’ENS de Cachan, sont amenés à dessiner des molécules, c’est à dire les plus petits objets que l’on puisse synthétiser. Cette démarche poursuit divers buts tels que comprendre des évènements se produisant à une échelle infiniment petite (mécanismes réactionnels, par exemple) ou concevoir des composés adaptés à une application spécifique. Les résultats de ces travaux servent bien souvent à alimenter en nouvelles molécules des domaines variés : le monde du vivant, pharmaceutique, cosmétique, agrochimique, plastique, alimentaire, ou l’industrie des tissus, des carburants, des écrans d’ordinateurs…

De façon totalement surprenante, cette pratique de la chimie organique repose sur le postulat qu’une approche esthétique de l’assemblage moléculaire permet d’aborder la question des interactions entre molécules et de comprendre le comportement de structures chimiques nouvelles. Autrement dit, le dessin, la forme et la plastique d’une molécule peuvent être le point de départ de travaux de recherche radicalement novateurs.

Le studio expérimental « Plastique de l’invisible » en partenariat avec l’ENS Cachan, propose donc un improbable précepte basé sur le fait que « la connaissance peut découler de la forme » (complétant ainsi l’adage unanimement reconnu en design qui consiste à dire que « la forme découle de la fonction »). En suivant cette intuition, une connaissance des molécules pourrait donc potentiellement émaner d’un travail exploratoire et libre sur leurs formes, leurs esthétiques, leurs couleurs, leurs comportements, leurs assemblages, leurs dynamiques, leurs plastiques… sans présupposer initialement de leurs fonctions finales.

Plus sur : http://www.ensci.com/creation-industrielle/cours/studios-experimentaux/projet/article/22380/

Journée MaMuPhi (ENS/IRCAM) – ANR DeSciTech

Séminaire « La musique et ses raisonances »
Journée en hommage à Andrée Ehresmann
Autour de la théorie des catégories et de la créativité
12 décembre 2015 – IRCAM


La journée est organisée en collaboration avec l’université Paris-Est Créteil (UPEC), avec le soutien de l’ANR DeSciTech (Sciences, design et société : la fabrique des mondes contemporains). Pour plus de renseignements sur le séminaire « La musique et ses raisonances », voir à l’adresse : http://www.entretemps.asso.fr/maths/


 

Loin de se restreindre au seul domaine mathématique, la théorie des catégories a montré son efficacité en tant qu’outil conceptuel susceptible d’être appliqué à différentes disciplines, de l’informatique à l’analyse musicale en passant par la logique et les sciences cognitives. Cette séance est à la fois un hommage aux travaux d’Andrée Ehresmann – collaboratrice de longue date du séminaire mamuphi – et une occasion de réflexion collective sur des applications récentes de la modélisation catégorielle, en particulier à l’étude de la créativité.


 

Programme
10h00-10h15 : Introduction à la journée
10h15-11h00 : Andrée Ehresmann (Université de Picardie) – De la genèse des Systèmes Evolutifs à Mémoire à la créativité, via MENS
11h00-11h45 : René Guitart (IMJ-PRG, Université Paris Diderot) – Modelage catégorique et créativité.
11h45-12h30 : Michel De Glas (université Paris Diderot) – Théorie des locus et cognition
Pause déjeuner
14h00-14h45 : Mathias Béjean (Université Paris-Est) – D-MES : une analyse catégorielle des schèmes de création collective
14h45-15h30 : Paul-André Melliès (CNRS et Université Paris Diderot) – Preuves et contre-preuves: un principe de relativité en logique

16h00-16h45 : Marc Chemillier (EHESS) – Improvisation et interaction (avec la participation de Charles Kely, guitariste et chanteur)
16h45-17h30 : Moreno Andreatta & Carlos Agon – Théories des catégories en analyse musicale
Discussion collective